dimanche, octobre 30

2012, L'APOCALYPSE DES MAYAS: Ce que l'on croit, ce qu'il en est...

Beaucoup pensent que 2012 est l'année de la fin du monde, une fin catastrophique appelée Apocalypse, en se basant sur le calendrier Maya qui semble se terminer le 21-12-2012. De nombreux écrits et documentaires vont dans ce sens, avec notamment pour arguments des similitudes avec d'autres types de calendriers très anciens, s'arrêtant également le 21-12-2012 d'après leurs explications. Un point de vu discutable.

Le calendrier Maya n'est rien d'autre qu' une grosse horloge astronomique basée sur le mouvement cyclique des astres et permet de "prédire" (prévoir) leurs prochains mouvements.
Que ce calendrier soit le plus précis du monde, et ait été réalisé des siècles avant les découvertes de l'astronomie moderne, prouve l'intérêt précoce des amérindiens pour le fonctionnement de la nature, de l'univers, les liens et les interactions entre ce qui se passe dans l'espace (le ciel pour eux à l'époque) avec ce qui se passe sur Terre. 


Mais ce calendrier, qui selon une étude scientifique ne se finit pas en 2012, mais en 2220, ne raconte pas d'histoire de fin du monde.


Le calendrier Maya parle de cycle et d'astres. Le reste n'est qu'interprétation par corrélation entre ces cycles et des évènements marquants de l'Histoire de la planète. Comme quoi la fin de certains cycles s'avère très marquée par de grands conflits, et des phénomènes naturels impressionnants par leur ampleur, leur nombre et leur conséquences catastrophiques.

D'où l'idée que 2012 étant la fin d'un de ces cycles liés à des catastrophes, c'est ce qui nous attend et que ce sera la fin. Mais, non. Rien ne prouve, ne serait-ce que l'écriture, d'un tel scénario.


Ces corrélations prouvent simplement, que ces astres et leur mouvements découverts par les mayas ont bel et bien un effet sur la Terre, comme la baisse de la température de l'air lors d'une éclipse, les marées et la croissance des végétaux suivant les phases de la lune, ou encore nos humeurs en fonction des saisons, de la durée du jour. Et que ces fins de cycle, ont des mouvements astraux tels, qu 'ils génèrent à chaque fois, des phénomènes naturels plus importants que d'habitude: séismes, ouragans, vortex, saisons déréglées.


Le caractère catastrophique, "Apocalyptique", comme pour tout phénomène, qu'il soit naturel ou non, est avant tout lié à la présence de l'Homme, à l’anthropisation de la planète, et ses conséquences en chaînes:  pollution de l'air et déforestation amplifient le processus naturel du réchauffement climatique.
Ajoutées à la pollution des milieux aquatiques, on a une augmentation de la vitesse de disparition des espèces. 
Part ailleurs, les espèces les plus résistantes se retrouvant avec de moins en moins de prédateurs, deviennent envahissantes et source d'épidémies.


 Il faut bien se rendre compte que lors d' un ouragan, seules les zones habitées où passe ce phénomène vivent, éventuellement, une catastrophe. Surtout si ils n'ont pas pu s'y préparer.
Le terme "catastrophe" décrit un niveau de dégâts très important, plus l'Homme s'adapte à son environnement, moins on parle de catastrophes naturelles, moins les gens ont l'impression de vivre l'Apocalypse.
Si ces phénomènes n'avaient lieu que dans des endroits inhabités, on ne s'en soucierait guère.


Mais pour beaucoup, 2012 reste la fin d'un cycle qui correspondrait à la survenue en cascade, d'évènements catastrophiques amenant à la fin du monde. 

Et pourquoi ne pas voir 2012 comme l’apogée des bouleversements que nous connaissons depuis la fin du millénaire? Depuis 1999, de nombreux phénomènes naturels spectaculaires, n'ont cessés d'être relatés dans les médias, surtout dans les cas les plus tragiques (forte population sur place, présence d'un risque de pollution gravissime: centrales nucléaires...). 



Nombreux sont ces phénomènes qui de mémoire d'Homme, n'avait jamais été vu, vécu à un tel niveau. Il se pourrait que 2012 soit l'année où au 21-12-2012, le mouvement des astres donnera à la Terre un effet particulier, cause de phénomènes dramatiques, avant la nouvelle stabilité, de son nouveau cycle.
Autrement dit, après cette escalade de désastres que nous connaissons depuis au moins une décennie, il y aurait une apogée probablement encore plus catastrophique pour certains (toujours les mêmes...), puis une décroissances de catastrophes avant un retour à un calme relatif ( prenant en compte les pollutions résiduelles...).





D'un point de vue scientifique, "l'Apocalypse" que nous redoutons tant, n'est rien d'autre que le résultat de l'action de l'Homme sur son environnement, depuis son apparition sur la planète, l'anthropisation a modifié les conséquences des phénomènes naturels. Il est là, le véritable changement à l'échelle humaine. 
Le caractère "catastrophique" ou non des évènements, découle de ce que nous faisons depuis plusieurs millénaires pour faire face aux risques naturels et à tous les bouleversements climatiques, socio-politico-économiques liés, que nous subissons , et ce que nous ferons dans l'avenir. 

Selon nos choix, nos décisions, deux possibilités:

Soit nous n'arrivons pas à gérer ces évènements naturels et la situation empire en famine et conflits surtout liées aux conséquences des catastrophes naturelles: des guerres pour un accès à de l'eau potable, pour des terres cultivables, pour du pétrole, du gaz ou du charbon..., et nous finissons par véritablement détruire la planète et la moitié d l'humanité avec, d'après les prophéties de certains (Les prophètes d’antan ne sont rien d'autres que les pronostiqueurs d'aujourd'hui).

Soit nous arrivons à gérer via la mis en place et l'application de moyens efficaces de prévision, de prévention, et de protection contre ces catastrophes et leurs conséquences dans le respect du fonctionnement de la planète, via des  plans de préventions, d'évacuations,  d'aménagements, d'urbanisation, d'occupation des sols, des plans agraires, de préservation et d'utilisation durable des milieux et ressources naturelles... En dépit malheureusement de pertes humaines prévisibles ( principalement dues à l'insouciance et la pauvreté...),  jusqu’au retour d'une certaine stabilité , et nous pourrons souffler.

Le calme après la tempête du début du millénaire.

Sachez que la gestion de la planète est principalement le fait des gouvernements. 2012 est une année riche en élections politiques à travers le monde... Il va falloir faire les bons choix. De nos agissements en cette fin de  cycle dépendra notre survie, et ce qui se passera jusqu'à la prochaine fin de cycle, ainsi de suite.

A noter que si le calendrier se termine en 2220, c'est probablement que ceux qui le réalisaient ont été "interrompu", soit il ne s'arrête pas, ils ont eu le temps de finir et sa lecture est à l'infinie, c'est juste nous, qui ne savons pas comment lire la suite, où reprendre le fil du temps. 

L'Histoire est un éternel recommencement, la morphologie de nombreuses espèces animales et végétales font penser à des structures répétitives . Comment les mayas, mieux placés que toute autres civilisation pour étudier la nature et les cycles de l'univers, auraient pu passer à côté d'une telle évidence ? De plus, le calendrier des mayas est un disque, un hasard ? D'autres calendriers, égyptiens, ou asiatiques n'ont pas cette forme de disque... Lui, présente un ensemble de cercles. A-t-il déjà fait l'objet d'une analyse d'un point de vue fractale ? La fractale, la structure mère de tout ce qui compose notre Univers...

Que certains trouvent des calendriers (souvent postérieurs à l'époque des mayas) qui d'après leur analyse s'arrête le 21 Décembre 2012, peut signifier que:
Soit, seuls les mayas ont compris comment aller au delà de cette date (finalement leur calendrier finirait en 2220..)

Soit, il y a eu échanges de connaissance et de techniques via des voyages dans d'autres contrées à l'époque et, quand les mayas astronomes ont su aller au delà, décimés, il n'ont pas eu le temps de communiquer leur découverte.
Soit il s'agit d'une manipulation psychologique pour faire croire qu'à travers le monde, d'autres  grands savants du temps ont convergé il y a des millénaires, vers cette même idée de fin du monde pile poil ce jour là, donc "c'est sûr que c'est ça".


Evidemment personne ne fait remarquer comme ce sont toujours les pronostiqueurs d'antan avec les prédictions les plus proches ( par interprétation ) de ce qui arrive qui sont mis en avant, et comme seules les  prédictions qui se sont avérées exactes (par interprétation)  traversent les siècles au dépend de toutes celles que l'ont n'a pas réussi à interpréter, et de tous ceux qui ont pu avoir une autre vision de l'avenir du monde ... A savoir, si le fait de connaître ces prédications et d'y croire, n'influence pas les actions de certain, consciemment ou inconsciemment. 

D'ici 2220, on découvrira le fin mot de cette histoire...